Une oeuvre, mon doudou et moi

La proposition

« Une œuvre mon doudou et moi » est un projet en collaboration avec le Fonds Municipal d’Art Contemporain, qui a pour objectif la rencontre entre l’enfant, l’adulte, l’artiste, l’espace et le temps. Il souhaite nourrir la sensibilité de l’enfant, ses rêves, son sens de l’esthétique et faciliter l’émergence de son sens critique. Il tend à favoriser l’expression de la sensibilité esthétique : « Je l’aime parce que…. »

Jusqu’au mois de juin, trois œuvres contemporaines d’artistes suisses sont présentes dans cet espace. Apprendre à regarder une œuvre, se questionner, échanger son point de vue, discuter, rêver et faire un choix. Un dispositif de vote est en place pour permettre à chacun de choisir l’œuvre qu’ils-elles préfèrent et qui restera exposée jusqu’à la fin de l’année à la Maison de la Créativité.

 

Dans cet espace on peut

Dans cet espace, il est possible d’expérimenter le processus de choix en trois temps :

  1. La possibilité de constituer sa propre exposition
  2. Aller à la rencontre des œuvres du FMAC par l’observation et l’échange
  3.  Faire un choix personnel et voter

Cette proposition sera disponible jusqu’au mois de juin, date à laquelle le dépouillement des votes se fera et déterminera l’oeuvre qui restera présente dans la maison jusqu’à la fin de l’année 2019.

Apprendre à regarder une œuvre, se questionner, échanger son point de vue, discuter, rêver et faire un choix.

Être citoyen.

Cet espace, comme l’ensemble des propositions de la Maison, a pour finalité première la liberté créative des participant-e-s. Dans les coulisses de cet objectif se cachent de nombreux savoirs. Faire des choix, se respecter dans l’expression de ceux-ci et respect ceux des autres, expérimenter les notions de démocratie, affiner son sens de l’observation et nourrir l’imaginaire. La proposition « Une œuvre mon doudou et moi » invite à agir sur soi, l’autre et les choses.

Les artistes :

Anita Binkert, « Théâtre botanique III »

Keith Donovan, « Sans titre III »

Josée Pitteloud, « Amarillos de Cadmio 17 VI »